Le Salon Aiguilles en Fête 2019

Cette année je suis allée au salon Aiguilles en Fête pour la première fois. C’était le 8 mars, la journée des femmes, et il y en avait beaucoup là bas! C’est intéressant de se promener au milieu de cette foule féminine, souriante et créative. Passionnée, de tout âge, rêveuse, sympathique, portant fièrement des vêtements et accessoires uniques. 

J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup plus de monde qu’au CSF de Novembre. Au point que je n’ai pas pu acheter du Jersey dans un certain stand à cause du monde qu’il avait autour! Mais j’ai quand même dépensé un certaine somme dans ce salon! Je n’ai pas calculé combien et sincèrement je préfère ne pas le faire! J’ai acheté tout ce que je ne trouve pas à proximité de chez moi !

Les laines (surtout en coton)

Certains stands m’ont vraiment attiré. Comme Fonty, où le made in France est mis en valeur dans toutes ses couleurs, Chez eux j’ai acheté un fil coton/cachemire très doux, le CO-CACHE.

Chez By Night, un couple belge expose des beaux ouvrages pour montrer ce qu’on peut faire avec des laines teintes avec des pigments naturels.  J’ai pris de la laine pour faire une paire de chaussettes.

Stand Katia

Je n’oublierai surtout pas le stand Katia, décoré avec des fanions crochetés par des mains habiles. J’y ai acheté des fils pour faire des hauts d’été en crochet de leur fascicule n. 100, Casual qui a des magnifiques modèles.  

Les livres

Pour les éditeurs, j’ai été d’abord chez Mango, où j’ai trouvé le fameux livre Ma Garde Robe sur mesure de Charlotte Auzou et le dictionnaire 300 points de tricot de Lesley Stanfield et Melody Griffiths. Tous les deux seront très utiles pour mon défi Je le veux, je le fais

Je suis enchantée avec le livre de Charlotte Auzou! Il propose divers hauts et bas qui peuvent être combinés entre eux pour obtenir des pièces uniques (robes, combi-short, combi-pantalon). Il y a aussi des pièces qui se portent séparément (jupes, chemisiers, hauts), des vestes et des manteaux. Les explications me semblent très claires et j’aime le design. Vu le nombre de possibilités, je trouve le prix tout à fait correct.

J’ai eu aussi le grand plaisir de rencontrer l’auteure du livre Ballerines, Sandales & Espadrilles au crochet et au tricot dans le stand de son éditeur (Neva/Un Dimanche Après Midi). Elle m’a montré toutes les sandales et espadrilles qui sont présentées dans l’ouvrage et elle me l’a dédicacé 😁 . C’est ça que j’aime le plus dans les salons, la convivialité, les rencontres.

Les patrons

Et si on parle convivialité il faut absolument mentionner les BG. C’est sur leur stand que j’ai acheté des patrons masculins pour mon mari et mon fils aîné. Et dans le domaine de la couture au masculin, rien de tel que se faire conseiller par les Beau Gosses! En plus d’être super sympas ils connaissent chaque détail de leurs patrons et aiment en parler. Bonne ambiance assurée ! En plus, comme ils étaient sur Cousu Main, on a l’impression de les connaître de longue date !

Patrons BG

Un stand où j’ai été très bien reçue est celui de l’association France PatchworkPeut être même que j’aurai enfin le courage de m’y lancer?

Les tissus

Pour les tissus je n’ai pas acheté beaucoup, sauf deux coupons de jersey imprimés (un pour mes BG, un pour moi) et une chute de crêpe épaisse couleur corail (3 m pour 10 euros!) avec laquelle je compte faire la combi qui est dans la couverture du livre de Charlotte Auzou.

La mercerie

e salon a été aussi l’occasion pour moi d’acheter des articles difficiles à trouver. Comme des ciseaux fabriqués artisanalement à Nogent.

J’ai aussi craqué pour un deuxième bijou coupe fil de chez Bohin. Mon bijoux fétiche. Il prend l’avion sans problème et surprend les tricopines… J’ai enfin trouvé le porte mine fin à craie de tailleur de chez Bohin. J’en ai assez des crayons pour tissus qui ne marchent pas. :-/ Vous connaissez, les crayons pas chères qui ne laissent aucune trace? Poubelle!

Et dans le stand de Lil Weasel, une boutique parisienne qui a tout ce qu’il faut, j’ai trouvé des aiguilles circulaires pour faire des chaussettes ! Elles sont vraiment minis!

Oui! Maintenant il n’y a plus qu’à ! Je ferait mieux d’arrêter de papoter et d’aller tricoter! J’espère que l’article vous aura plu!

Et voilà le travail...

Mes achats Aiguilles en Fête

 

 

Vous voulez être au courant des prochains articles du blog? Abonnez-vous ici.

Je le veux, je le fais.

Nous sommes le 1er janvier 2019. Bonne Année !  Avez vous pris des bonnes résolutions? On n’est pas obligé!  Parfois on a juste besoin de garder les bonnes habitudes, n’est pas?  De mon côté, j’aime bien les bonnes résolutions. Et si elles sont écrites quelque part ça marche mieux. Alors aujourd’hui je viens vous parler du défi que j’ai décidé de me lancer pour cette année. Je vais l’appeler Je le veux je le fais. Cela veut dire que pendant toute l’année 2019 je ne m’achèterai aucun vêtement. Si je veux avoir quelque chose de nouveau, je me le ferai. 

Mais pourquoi me compliquer ainsi la vie ? Pour une maman de 4 enfants c’est tellement plus simple d’aller au centre commercial et de s’acheter des habits tout faits! En plus on en trouve pour tous les budgets… Franchement, pourquoi se compliquer l’existence ? Par plusieurs raisons. D’abord parce que faire des choses avec les mains nous connecte à la réalité. Et ensuite parce que je cherche une certaine frugalité dans ma vie.

Le réel

Faire mes vêtements me rapproche du réel.  Notre monde est très complexe, nos modes de vie ont beaucoup évolué, et très rapidement. Les activités manuelles nous réconcilient avec notre présent, avec la réalité des choses et avec nos limitations. 

Un jour d’hiver, l’année dernière,  je tricotais devant la cheminée. J’avais eu du mal à faire du feu ce jour là, mais quand les bûches ont bien pris et que j’ai pu profiter de la chaleur, j’ai eu un sentiment de réalité. La chaleur ne venait pas d’un chauffage central, alimenté par un combustible acheté à x% par je ne sais plus quel fournisseur à un lointain pays producteur.  Elle venait des bûches que j’avais portées.

De même, le fil que je faisais passer entre les doigts et autour de mes aiguilles était un fil en laine de mouton. Je connaissais l’origine de la laine, ainsi que la filature, et je voyais le tissu grandir devant mes yeux. C’est moi qui a déterminé la qualité du fil et la couleur. J’avais aussi choisi le patron, la taille et c’était grâce moi que le projet avançait plus ou moins vite. 

Aller au magasin acheter ses vêtements a certes ses avantages, je ne dirai pas que les boutiques ne me plaisent pas. Mais tous les choix de tissu, de matériel, de style et de main d’œuvre ont déjà été faits. Et ils nous échappent. Tout vient de tellement loin et est tellement éparpillé qu’il devient difficile de cerner ce qu’il y a dans les rayons. C’est souvent comme un plat préparé. 


La frugalité

Mon défi Je le veux je le fais pourra répondre à un autre besoin. C’est le besoin d’avoir moins. Car je ne suis pas une ligne de production. Je suis une seule, et ma capacité de production est extrêmement limitée. Si j’ai envie d’avoir 3 nouvelles robes pour cet hiver je vais devoir réfléchir. Est-ce que cette envie correspond à mes besoins réels ? Je sais que pour moi ce serait de trop. Et passer du temps à faire la robe de plus est un gâchis que je ne peux pas me permettre. 

Vous voyez, je peux me sacrifier pour acheter une robe de plus, surtout si elle ne coute pas très cher. Mais si je la fais moi même, je réfléchirai mieux avant de commencer le projet. Pourquoi ? Parce que je n’ai pas envie de dire à ceux que j’aime d’attendre encore un peu parce que je suis très occupée à faire quelque chose dont personne n’a vraiment besoin. Je n’ai pas du temps à jeter par la fenêtre !

Ce besoin d’avoir moins est indispensable dans un monde où on consomme trop et très mal. Parce que les biens de consommation coûtent peu cher aux habitants des pays développés, nous avons oublié le travail et l’énergie nécessaires pour les produire. Ils sont confectionnés loin de nos yeux, dans des conditions mystérieuses, et ils nous sont proposés à des prix qui ne correspondent absolument pas au travail investi. Ni à la pollution qu’ils ont généré pour arriver jusqu’à nous.

Le besoin d’avoir moins réconcilie les difficultés de notre planète chérie, épuisée par un excès de production, avec notre bien-être, car beaucoup d’entre nous ont besoin de se désencombrer et de faire de la place pour ce qui a vraiment de la valeur. C’est ma version de frugalité. Je ne suis pas capable de réussir un potager, mais pour mes vêtements je peux faire quelque chose.  Je le veux, je le fais. 

Tricot detente

Je compte sur votre soutien moral car la route va être longue. Tout petit commentaire compte ! 🙂 N’hésitez pas non plus à partager cet article avec d’autres passionnés d’aiguilles et de développement durable. Merci!

Paula

Vous voulez être au courant des prochains articles du blog? Abonnez-vous ici.

Le salon Créations et Savoir-Faire de Paris 2018

Cette année j’ai été pour la première fois au salon Créations et Savoir Faire à la Porte de Versailles, à Paris. J’ai adoré! J’espère revenir l’an prochain. Pour y aller, j’ai pris le RER puis le tram. J’avais prévu de passer un bon moment assise dans les transports toute seule, alors évidemment j’ai pris une pelote et un crochet pour m’occuper pendant le trajet. Quelqu’un s’y reconnait? 

Le trajet

En arrivant dans la gare qui je vois? Christine. Une autre fan de couture! Sa fille et mon fils ont été à la même école, on a souvent parlé couture devant le portail… Quel plaisir de la voir!  Je lui ai lancé “Alors, est-ce que tu vas au même endroit que moi?”  Elle a juste répondu “Au Salon?” et me voilà encore plus ravie!

Christine de son côté avait rendez-vous à la gare avec ses copines de cours de couture et leur prof. Je me suis infiltrée dans leur groupe et elles m’ont fait un super bon accueil. Quand je me suis rendue compte on était déjà à la Porte de Versailles!  Sur place on s’est séparées et je me suis lancée à la découverte de ce salon fort intéressant! 

Je vous dévoile mes trouvailles, mais ne vous sentez pas obligées de tout lire!  Regardez ce qui vous intéresse et laissez le reste de coté.  🙂

Formation photo

Dès que je suis arrivée au salon j’ai été jeter un coup d’oeil au planning des formations. Beaucoup étaient déjà prises, mais j’ai pu m’inscrire à une formation pour apprendre a faire des belles photos pour instagram sur le stand de School Online University. Comme j’avais un projet dans le sac j’ai pu le prendre en photo et m’entrainer à l’aide de leur spécialiste. On a appris à utiliser des objets de déco pour créer une mise en scène.  J’ai passé un moment agréable et chacune a eu des conseils et astuces. Voici mes photos. Un jour il faudra que je crée une chaine sur Instagram pour le blog!

Patron et kits de couture

Pour ce qui est de la couture, j’ai acheté un kit et un patron. Mais pas n’importe lesquels!  Je me promenais entre les stands quand soudain je vois Mélanie F., la gagnante du dernier Cousu Main, dans son propre stand! Elle vendait des kits pour chaussons en cuir Dreamer.  Très intéressant pour quelqu’un qui a toujours froid aux pieds comme moi…

Mélanie F.  est tout aussi sympathique en face à face qu’à la télé. Et elle n’a pas pris la grande tête, heureusement!

Je lui ai demandé si ce n’était pas compliqué de coudre le cuir dans une machine à coudre classique et elle m’a gentiment expliqué que non, qu’il fallait  une aiguille spéciale cuir pour sa machine à coudre et qu’il fallait coudre tout doucement, vraiment doucement, avec un pied en teflon (ou tefal, je ne sais plus, mais bon, c’est le pied blanc qui glisse).

Les kits pour faire une pair de chaussons existent dans plusieurs tailles. J’ai pris le big, du 36 au 43, en bleu. À vrai dire je ne l’avait pas encore ouvert parce qu’il est tellement bien emballé que ça me fait de la peine! Je le prends en photo avant. Voilà!

J’ai acheté aussi un patron pour coudre mon premier manteau.  Vu que ce sera la première fois que je couds un manteau, je cherchais un modèle facile, sans beaucoup de difficultés techniques.  J’ai trouvé le manteau Olga de Mouna Sew.  Mouna a une bonne chaîne Youtube, j’avais déjà visionné sa vidéo sur comment faire un pantalon. J’aime ce qu’elle fait, son style.  Le fait d’avoir des vidéos pour nous épauler lors de la couture est un point fort.  

Les livres

Les éditeurs de livres sur le fait main étaient tous au rendez-vous: Eyrolles, Le temps apprivoisé, Éditions Marie Claire, Mango.  J’ai pu feuilleter des beaux ouvrages et acheter quelques uns.  Ça a été difficile d’acheter que quelques uns.  J’aime beaucoup les livres, et quand ils parlent de ma passion c’est une tentation… Certains de ces livres on ne vois pas forcément chez son libraire, car ils sont destinés à un public plus restreint. 

Des livres que j’ai acheté au salon, celui que j’ai commencé à lire en premier c’est  le Guide juridique pour blogueuses créatives, de Sandra Azria et May Lopez, sorti chez Eyrolles.  Il tombait très bien, puisque je viens de créer le blog et que je suis juriste de formation.  C’est une lecture agréable, l’ouvrage étant destiné aux blogueurs.  Il couvre les principales problématiques juridiques, dès la création du blog jusqu’aux éventuels contrats avec des partenaires et la protection de ses créations. 

J’ai aussi commencé à lire le Guide des tissus par projets de couture de Christelle Beneytout, publié par Eyrolles lui aussi.  Excellent pour mieux connaitre les caractéristiques techniques des tissus et pour mieux les choisir.  Une mine d’informations!  Un plaisir pour les autodidactes!  Saviez vous que le lyocell est un tissu cellulosique, plus résistant et plus écologique que le coton ?  Et, bah, moi non plus! Merci Christelle Beneytout! Elle nous dis aussi (p.20) qu’il ne résiste pas bien au sèche linge. Dommage, mais mettons cela comme un plus du coté écologique… J’aimerais maintenant trouver des belles coupes de tissu en lyocell près de chez moi.

Les deux autres livres que j’ai acheté sont Chaussettes à tricoter, de Bergère de France, et Vendre ses créations couture, de Virginia Lindsay, tous les deux des Éditions Marie Claire. Ce sont des livres moins théoriques, avec des patrons et des belles photos. Je vous en parlerai plus lorsque je les aurai utilisés. 

Celui des chaussettes m’a séduit parce que ça fait longtemps que je veux me faire des chaussettes (je vous ai dit que je souffre de pieds froids, alors…). J’avais acheté des fils Bergère en soldes et cet ouvrage a des beaux modèles qui utilisent ces fils là.

Les Laines

Au salon Créations et Savoir faire on peut trouver des petits fournisseurs de laine, des artisans qui font leur teinture en petite échelle. Charme garanti. J’ai été tentée d’acheter une laine en dégradé chez La Fée Fil, pour faire des chaussettes bien chaudes (oui, vous avez compris, pour me chauffer les pieds) , mais puisque j’ai déjà des laines pour chaussettes, j’ai été raisonnable…  

 

Là ou je me suis fait plaisir c’est dans le stand de Fonty.  Il était magnifique, avec ses pelotes de toutes les couleurs bien rangées!  L’accueil aussi a été excellent. Ça plait toujours d’être renseignée par quelqu’un qui connait parfaitement ses produits et qui en parle avec enthousiasme.

J’ai appris que la laine utilisée par cette filature est issue, en bonne partie, d’élevages français.  C’est un point important pour moi, car l’empreinte de carbone est alors beaucoup plus faible, et l’économie locale est préservée.  La laine est ensuite traitée de façon éco responsable et filée dans leur filature, située en Creuse, d’où leur slogan “made in Creuse”.  🙂

Laine Fonty

Au départ, je voulais m’acheter de la laine pour crocheter un deuxième Cardigan Habitat, que je porte si souvent.  J’ai acheté 12 pelotes de Super Tweed marron chiné 95% laine et 5% mohair. C’est une couleur qui ira parfaitement avec des jeans. 

Une fois à la maison, j’ai décidé de partir plutôt sur quelque chose de plus classique, d’intemporel, que je créerai sur mesure pour moi. C’est une laine spéciale, elle mérite l’investissement.

J’espère que vous aurez eu un petit aperçu du salon.

Je ne vous parle pas de tissus ici puisque je n’en ai pas acheté. 🙁  Il y en avait des très beaux, mais comme j’en ai un bon stock à la maison, je me suis retenue. 

En plus, les filles de la couture de Christine allaient rentrer et j’ai profité pour rentrer avec elles. On a encore bien rigolé pendant le trajet de retour!  On a fait le tour de nos trouvailles et la journée s’est clôturée avec la sensation d’avoir passé un très bon moment! 

Et vous? Avez vous été à ce salon? Partagez vos impressions ou envies avec moi! 

Plus d’infos sur le salon sur le site https://www.creations-savoir-faire.com

Vous voulez être au courant des prochains articles du blog? Abonnez-vous ici.